Je mets ma main à couper que ça vous arrive souvent de prendre la guitare, de jouer quelques minutes dans le vide et de la reposer. 

Ça vous parle ? 

Moi beaucoup. 

On est tous humain après tout. Il n’est pas simple de rester motivé jour après jour, de travailler de nouveaux morceaux et d’améliorer sa technique pour progresser.

Ça a surement du bon de jouer dans le vide et de laisser libre court à son imagination ou se changer les idées. Mais le vrai problème c’est quand on fait tous les jours des séances de guitare dans le vide sans but précis pendant des semaines/mois/années. 

Si vous lisez cet article, il y a de fortes chances que vous tombiez dans l’un des cas suivants : 

  • perte de motivation à la guitare
  • sensation de stagner, voire de régresser
  • désintérêt pour l’instrument
  • arrêt de la guitare
  • … 

Où en êtes-vous par rapport à la guitare ? 

Avant de rentrer dans le dur du sujet, il est important que vous fassiez un état des lieux de votre relation actuelle avec la guitare. 

Souhaitez-vous reprendre suite à un arrêt prolongé ? Souhaitez-vous progresser ? Etes-vous débutant avec tout simplement l’envie d’apprendre ? Etes-vous satisfait de votre niveau ? 

Votre envie de structurer votre entrainement à la guitare est-elle née des remarques de votre prof de guitare ? Du souhait de devenir meilleur que vos amis ? Du projet de rejoindre un groupe et d’être à l’aise en live ? 

Qu’est-ce qui vous motive à la guitare ? Quels sont vos objectifs ? 

Votre profil de guitariste

différents types de guitaristes

La première question à se poser est : quel type de guitariste êtes vous (ou voulez-vous devenir) ? Plusieurs choix s’offrent à vous : 

  • guitariste rythmique
  • guitariste soliste
  • guitariste chanteur
  • guitariste picking / fingerstyle
  • … 

Votre plan de travail va être très différent en fonction de votre objectif : dose de technique à travailler, techniques de jeu à privilégier, etc. 

Les styles de musique que vous jouez

Deuxième élément : quel(s) style(s) voulez-vous jouer ? 

  • Rock
  • Pop
  • Metal
  • Jazz
  • Funk
  • … 

Vos styles de prédilection requièrent de travailler plus fortement certains aspects de la guitare que d’autres pour être efficace et aller de l’avant. 

Votre rapport entre plaisir et progression

Ce point est difficile à traiter car chaque guitariste a une psychologie unique. 

Certains guitaristes ont besoin de « souffrir » et de relever des défis pour prendre du plaisir tandis que d’autres ont besoin de jouer des morceaux ou de travailler des choses qui leur font plaisir pour rester motivé.

C’est une balance complexe à établir car des deux cotés il y a des avantages et inconvénients à prendre en compte. 

La philosophie du « il faut travailler sur de nouvelles choses et se faire violence pour progresser »

  • Avantages : 
    • Permet d’enrichir son jeu de guitare en matière de styles et de techniques
    • Optimal pour faire des progrès sur le moyen et long terme
    • Permet de ne pas tomber dans la routine et d’éviter la lassitude
  • Inconvénients : 
    • Nécessite un fort investissement psychologique pour se mobiliser au quotidien et relever le défi
    • Risque de s’écoeurer de la guitare en faisant toujours face aux difficultés plutôt qu’à l’aisance dans le jeu
    • Impression d’être toujours nul à la guitare

La philosophie du « il faut avant tout se faire plaisir »

  • Avantages : 
    • Permet de travailler les sujets guitare que l’on affectionne
    • Permet de se rassurer psychologiquement
    • Permet de ne pas s’écoeurer sur le long terme
  • Inconvénients : 
    • Limite les progrès et la découverte de nouveaux horizons (styles, techniques)
    • Risque de tourner en rond et de rentrer dans un cercle de lassitude

Note : réfléchissez un instant à la catégorie qui vous correspond le plus. 

Se fixer des objectifs clairs

Si vous voulez créer un plan de travail de guitare efficace, il est impératif de vous fixer des objectifs clairs. Ces objectifs vont vous permettre de façonner votre plan de travail intelligemment. 

Je distingue personnellement 3 niveaux d’objectifs que vous devez vous fixer : 

  • les objectifs court terme : il s’agit d’objectifs rapides à réaliser et qui correspondent à votre travail de la semaine ou du mois. Exemple : je souhaite apprendre tel morceau, je souhaite travailler tel solo (dans mon niveau de jeu actuel) 
  • les objectifs moyen terme : il s’agit d’objectifs plus ambitieux qui nécessitent un investissement régulier pendant 3 à 6 mois. Exemple : je souhaite faire des progrès en legato, je souhaite apprendre à improviser sur la gamme pentatonique sur les 5 positions de la gamme
  • les objectifs long terme : il s’agit d’objectifs ambitieux dans un horizon de temps de 1 an et plus et qui répondent à notre souhait de progression en tant que guitariste. Exemple : composer 5 morceaux pour faire un EP, apprendre telle étude de Bach, obtenir un niveau intermédiaire/avancé en fingerpicking

Réfléchissez à ces différents objectifs et mettez-les sur le papier bien en évidence chez vous. Ça vous permettra de toujours garder l’oeil dessus et de vous remotiver dès que vous avez un coup de mou. 

Créez votre routine à la guitare : c’est possible ! 

Vous trouverez autant de défendeurs que de détracteurs des programmes d’entrainement à la guitare. A titre personnel, j’ai très longtemps fonctionné sans et ça ne m’a pas empêché de faire des progrès. Avant le programme, il faut d’abord trouver la motivation

C’est comme lorsqu’on souhaite arrêter de fumer, se mettre au sport ou tout autre activité. Il faut de la VO-LON-TE ! 

via GIPHY

Je pense qu’un plan de travail guitaristique est outil intéressant à utiliser quand vous avez un coup de moins bien ou que vous voulez vous remobiliser. C’est un outil évolutif qu’il ne faut surtout pas arrêter dans le marbre ou sacraliser. Nous le verrons ensemble plus bas. 

Les ingrédients : que peut-on mettre dans un programme d’entrainement ? 

Que pouvez-vous insérer dans votre plan de travail ? 

Avec une guitare

  • Travail de la technique (exercices, techniques de jeu, vitesse)
  • Travail du répertoire : apprentissage de morceaux, de solos
  • Travail des accords / des arpèges / des gammes
  • Travail de l’improvisation
  • Travail de composition de morceaux
  • Travail du rythme
  • Travail de l’oreille
  • Travail de l’harmonie
  • Travail de l’endurance et de la force

Sans guitare

Pas de guitare sous la main en vacances ou en déplacement ? No problem, vous pouvez toujours travailler pour vous améliorer : 

  • Ecouter de la musique pour développer votre culture musicale (notamment de nouveaux artistes et styles)
  • Regarder des vidéos pédagogiques, écouter un podcast, lire un magazine de guitare
  • Composer de la musique sur un logiciel tel que Guitar Pro mais sans guitare (voir la vidéo ci-dessous)
  • Chanter des mélodies de guitare
  • Imaginer jouer de la guitare dans sa tête, se représenter en train de jouer un morceau, de composer (je vous conseille de faire ce test, c’est très sympa)

Que mettre dans sa routine de guitare ? 

Afin d’établir votre programme vous devez bien définir les éléments suivants : 

  • Quel est mon profil en tant que guitariste ? 
  • Quel(s) style(s) je veux jouer ? 
  • Quels sont mes objectifs ? 
  • Quel est mon niveau actuel ? 
  • Quel est mon niveau souhaité ? (jusqu’où je veux aller)
  • Combien de temps je peux dégager par jour ? 

Un programme est toujours unique à chaque guitariste. Il dépend de votre niveau, de votre objectif, du temps disponible, etc. 

Afin de vous aider à constituer le votre voici quelques exemples de plan d’entrainement à la guitare : 

Exemples de programmes à la guitare 

#1 Mon exemple personnel 

  • Profil : compositeur / 15 ans de guitare
  • Style pratiqué : Metal Progressif
  • Objectifs : maintenir voire améliorer ma technique, fortement progresser en harmonie et en oreille, maintenir et améliorer mon rythme
  • Niveau actuel : intermédiaire/avancé
  • Niveau souhaité : avancé (surtout en composition)
  • Temps quotidien disponible : entre 30 et 45 minutes par jour

Plan de travail détaillé : 

  • 1) Echauffement (5 minutes) : jeu de quelques riffs, idées qui me passent par la tête afin de réveiller les doigts et de se mettre en jambe. Durant cette petite séquence, je ne joue pas de choses compliquées, trop rapides ou avec de trop gros étirements pour éviter toute blessure ou contraction
  • 2) Travail d’exercices techniques (5 minutes) : j’ai crée un guide complet que vous pouvez retrouver sur le blog. L’idée ici est de créer à chaque fois un nouvel exercice technique afin de se mettre en difficulté. Je déconseille la routine sur les exercices de ce type. C’est contreproductif et peu efficace de faire toujours les mêmes. Je profite de cette séquence pour jouer au métronome afin de faire du 2 en 1 et de travailler la rythmique
  • 3) Travail de l’oreille (10 minutes) : il s’agit de l’élément sur lequel je souhaite le plus progresser actuellement. Je n’ai pas encore fait l’acquisition d’un logiciel de Ear Training tel que EarMaster du coup je m’entraine en plaquant des accords au hasard et en chantant des intervalles de ces accords (la tierce, la quinte, la tonique, la seconde, etc.)
  • 4) Composition (entre 10 et 25 minutes) : je termine toujours la séance par ce que j’aime le plus : composer ! Soit je laisse libre cours à mon imagination soit je pars d’une composition déjà entamée que j’essaye de poursuivre. Si l’inspiration ne vient pas du tout (ça arrive souvent :-)) j’en profite pour jouer des compositions pour les garder dans les doigts ou j’en profite pour les retranscrire sur Guitar Pro

routine à la guitare

#2 Exemple d’un programme pour un guitariste rythmique débutant

  • Profil : guitariste rythmique / 2 ans de guitare
  • Style pratiqué : Pop/Rock
  • Objectifs : développer un répertoire de morceau, améliorer les enchainements d’accords et les ornementations dans les rythmiques (hammer-on / pull-off / slides) 
  • Niveau actuel : débutant
  • Niveau souhaité : intermédiaire 
  • Temps quotidien disponible : 30 minutes par jour

Plan de travail détaillé : 

  • 1) Echauffement (5 minutes) : jeu de quelques enchainements d’accords ou de morceaux que le guitariste connait déjà
  • 2) Répertoire (15 minutes) : travail d’un nouveau morceau à l’aide d’un songbook ou de tablatures. Cela peut correspondre durant la session de travail à l’apprentissage d’un couplet, d’un refrain ainsi qu’au travail d’enchainement du morceau depuis le début à l’aide du métronome ou d’une batterie virtuelle en fond sonore
  • 3) Technique (10 minutes) : travail d’enchainements d’accords plus complexes, développement de nouvelles techniques à insérer au sein des rythmiques : (hammer-on / pull-off / slides). Cette phase peut être réalisée avec le métronome également 

#3 Exemple d’un plan de travail pour un guitariste soliste intermédiaire

  • Profil : guitariste soliste / 5 ans de guitare
  • Style pratiqué : Rock/Blues
  • Objectifs : développer un répertoire de solos, apprendre un répertoire complet d’un guitariste (Jimi Hendrix ou Gary Moore par exemple), jouer des covers dans un groupe
  • Niveau actuel : intermédiaire
  • Niveau souhaité : avancé 
  • Temps quotidien disponible : 1 heure par jour

Plan de travail détaillé : 

  • 1) Echauffement (5 minutes) : jeu de quelques riffs pas trop techniques et déjà connus pour se mettre en jambe
  • 2) Répertoire (30 minutes) : travail d’un nouveau solo au métronome à l’aide d’un songbook ou de tablatures. Cela peut correspondre durant la session de travail à l’apprentissage d’un solo complet ou d’une séquence de quelques mesures d’un solo donné
  • 3) Technique (20 minutes) : travail d’une technique au métronome. En fonction du moment cela peut être le legato, l’aller-retour, le tapping, le sweeping. Cela peut être intéressant de repiquer ici des plans tirés de magazines de guitare ou de créer ses propres plans en faisant preuve de créativité
  • 4) Plaisir/Jam (5 minutes) : période libre pour se faire plaisir, jammer sur une backtrack ou sans support

Il existe bien entendu une infinité de possibilités mais ces quelques exemples pourront je l’espère vous donner des idées. 

Quelques conseils supplémentaires pour votre entrainement de guitare

  • Eviter le sur-régime : ne pas s’imposer un plan de travail trop ambitieux en terme de temps quotidien ou de difficulté pour ne pas s’écoeurer. Comme on dit souvent : il vaut mieux jouer 20 minutes tous les jours que 5h tous les dimanches
  • Eviter le sous-régime : être prêt à faire évoluer son programme pour ne pas s’ennuyer ou tomber dans la routine
  • S’écouter : si vous n’avez pas envie de jouer un soir ça n’est pas la fin du monde. Il vaut mieux faire une pause que de s’écoeurer. Cela peut aussi se matérialiser par une séance de travail libre si vous avez envie de jouer mais que vous ne voulez pas suivre le plan établi du jour
  • Prévoir son programme à l’avance : ayez une vision claire de la prochaine séance pour l’attaquer tout de suite et ne pas perdre de temps ni de motivation avant de commencer à jouer
  • Eliminer les distractions : dites bye-bye au téléphone, aux réseaux sociaux et à la TV afin de bloquer une séance de travail en totale concentration pour être efficace
  • Avoir un objectif principal à la fois : il faut dédier un sujet principal à sa séance. Ça n’est pas possible de travailler tout à la fois et ça peut décourager au niveau du mental
  • Bien s’échauffer : débutez toujours votre routine guitare par une phase d’échauffement d’au moins 5 minutes pour ne pas vous blesser ou créer des tendinites
  • S’enregistrer : vous n’êtes pas obligé de le faire systématiquement mais c’est intéressant de s’enregistrer en audio ou en vidéo de temps à autre pour étudier son niveau, voir si l’on est en rythme, etc. 
  • Préparer son espace de travail : ayez si possible (pas toujours simple si vous avez peu de place ou des enfants) un espace de travail avec votre guitare en évidence, vos médiators prêts, votre ampli prêt à être allumé, votre accordeur, etc. Vous limitez ainsi les freins pour jouer
  • Tenir un carnet de notes : je vous conseille d’avoir un petit carnet à disposition pour noter vos humeurs et vos ressentis sur vos séances d’entrainement à la guitare. Ça vous permettra d’adapter votre programme en conséquence au fil du temps

Et vous, quel est votre routine de travail à la guitare ? 

J’espère que cet article va vous permettre de garder la motivation et vous donner l’envie de progresser à la guitare ! 

N’hésitez pas à mettre en commentaire votre plan de travail personnel pour en faire bénéficier à toute la communauté.